Expatriation - Quel impact sur la retraite Française?

Comme nous l’avons vu dans notre article précédent, partir travailler à l’étranger est une option de plus en plus attirante pour les professionnels. Cependant, ces périodes de travail effectuées dans un autre pays que la France peuvent avoir des impacts sur la cotisation de la retraite qu’il ne faut pas négliger.

La peur de l’inconnu peut être un frein à l’expatriation. Dans cet article nous allons expliquer les conséquences liées aux périodes de travail à l’étranger ainsi que les démarches à suivre pour limiter l’impact sur la retraite finale perçue.

Tout d’abord, avant d’envoyer un salarie à l’étranger, il faut définir son statut. En effet, il existe deux statuts possibles, soit expatrié, soit détaché et le statut choisi a un impact sur les cotisations à verser et la retraite finale.

La principale différence entre le détachement et l’expatriation résulte du fait que le salarié expatrié n’est plus affilié au régime français de Sécurité sociale et relève du régime de retraite du pays d’accueil. Un salarie détaché continue à cotiser auprès des régimes de retraite français.

Le statut de détaché n’est possible que pour une durée limitée. En Union Européenne il est limite à 2 ans renouvelables, dans les pays ayant signé une convention avec la France, la durée est limitée a 5 ans. S’il n’existe pas de convention la durée est limitée a 3 ans maximum, mais cette option est moins avantageuse car implique de payer les cotisations en France et dans le pays d’accueil. Apres 3 ans dans l’autre pays, le salarié détaché est considéré comme un expatrié.

Les expatriés, ne cotisant plus au régime de retraite français doivent penser à demander, lors du départ, la liquidation de leur retraite dans le régime étranger. De plus, les expatriés doivent faire face à une autre complication s’ils ont travaillé dans plusieurs pays au cours de leurs vies ; les conventions ne se cumulent pas et l’employé ne pourra bénéficier que des trimestres accomplis dans un seul pays lors du calcul de sa retraite par la Caisse nationale d’assurance vieillesse.

Lorsqu’il s’agit de pays n’ayant pas de convention avec la France, les cotisations versées au régime local pendant l’expatriation ne seront pas prises en compte pour la retraite en France et peuvent même être perdues si le pays en question exige une durée minimum de cotisations ou bien que le retraite réside dans le pays au moment de la retraite.

Il peut donc être judicieux pour les salariées travaillant à l’étranger d’adhérer à la Caisse des Français de l’étranger ou CFE, ce qui permet à l’expatrié de rester dans le régime de retraite français. Dans ce cas, le statut choisi et le fait de partir dans un pays non conventionné n’auront donc plus d’impact sur la retraite.

Pour faciliter le départ du salarié, plusieurs options peuvent être proposées dans le package d’expatriation de l’entreprise. La prise en charge des cotisations à la Caisse des Français a l’étranger peut rassurer le salarié et être une bonne option, surtout si l’expatrie doit conserver une couverture équivalente à celle dont il bénéficiait en France. L’entreprise peut aussi proposer au salarié de continuer à cotiser auprès des régimes complémentaires français ou bien de se constituer une retraite supplémentaire grâce à un plan de retraite international.

 

Member Login
Welcome, (First Name)!

Forgot? Show
Log In
Enter Member Area
My Profile Not a member? Sign up. Log Out